Europe

Les milliards du Coronavirus, nationalistes belges et désinformation

Le lundi 30 mars 2019, au Conseil européen, la Belgique fut le seul des 27 Etats-membres de l’UE à s’abstenir lors du vote de validation des 37 milliards d’investissements dans les systèmes de santé et comme réponse économique à la crise du Coronavirus .

37 millions des 37 milliards sont alloués à la Belgique : €16 million pour la Wallonie, €6.5 pour la Flandre, €4.3 pour la région de Bruxelles et 9.6 millions pour la communauté francophone.

Le parti nationaliste flamand N-VA estime cela injuste. La Flandre n’a pas accepté le principe de distribution pour les fonds et force ainsi la Belgique à s’abstenir pour le vote révélant l’absence d’accord entre les différentes entités du pays.

Le 26 mars, les députés européens de la N-VA Assista Kanko, Geert Bourgeois et Johan Van Overtveldt s e sont également abstenus lors du vote au Parlement européen.

D'où vient l'argent ?

Ces 37 milliards ne sortent pas de nul part ! Ils proviennent de Fonds européens existants, sensés aider au développement les régions les moins favorisées d’Europe.

Chaque années, les Etats-membres perçoivent cet argent des fonds de Cohésion comme pré-financement pour différents projets. S’il n’est pas utilisé, il doit être retourné au budget de l’UE pour l’année suivante. Les Etats de l’UE ont du rendre environ 8 milliards € de préfinancements inutilisés.

Au nom de cette initiative d’investissement en réponse au Coronavirus, la Commission européenne a proposé que les Etats-membres gardent cet argent et l’utilisent pour de nouveaux projets combattant les effets de la crise du Coronavirus.

Les Etats-membres peuvent à présent utiliser ces 8 milliards en complément des 29 milliards des fonds structurels européens contre le COVID19 = 37 milliards d’euros au total.

Est-ce une distribution injuste ?

Même si ces 37 milliards ont été redistribués dans la gestion de la crise contre la pandémie du Coronavirus, le principe de distribution de ces fonds de Cohésion entre régions, dont l’accord remonte à 2014, reste le même.

Au nom de la politique de cohésion, les fonds sont accordés selon le niveau de richesse de chaque région par rapport aux plus pauvres. En tant que région moins développée, la Wallonie perçoit plus de fonds que la Flandre.

Mais cela ne signifie pas que la Flandre est l’enfant pauvre de l’Union européenne. La région reçoit toujours plus de fonds pour stimuler l’innovation et les investissements, par exemple avec les projets Horizon 2020.

EN TANT QUE JEF BELGIQUE

Nous déplorons cette vision court-termiste et ce manque de solidarité de la part des nationalistes flamands.

Nous condamnons également la logique égoïste du “voisin qui a plus que moi”. L’Union européenne n’a pas de perdants, nous sommes tous gagnants en regardant plus loin que cette logique froide basée sur un seul chiffre de fonds perçus.

Cette situation exceptionnelle appelle plus que jamais à plus de solidarité européenne pour le bien de tous les citoyens européens. Nous réglerons cette crise tous ensemble ou nous n’en sortirons pas du tout.

– Par Nicolas Hubert, Policy Officer

(Merci à Charles Coudoré pour la traduction)